Récit du week-end au pic de la Tèse

L’album de mes photos préférées se trouve sur mon blog, sur Flickrou sur Facebook. Le diaporama en vidéo est visible sur mon blog, sur Youtubeou sur Facebook.

 


Récit de la sortie


Avant de partir

Il y a quelques semaines nous avions passé un week-end (25 et 26 février) très agréable pour découvrir ou revoir des connaissances avec qui nous échangeons sur Facebook.

Les photos de ce week-end se trouvent sur Flickr ou sur Facebook.

Lors de la montée au Tuc de Peyre Mensongère, j’avais remarqué la longue ligne de crête qui mène au pic de Soubirou et je m’étais fait la remarque que ce devait être intéressant à faire car cette ligne est variée et entourée de magnifiques vallées.

Les conditions météo annoncées pour le week-end du 18 et 19 mars sont bonnes et le pic de la Tèse est à une bonne altitude pour l’objectif que je nous donne, à savoir monter sans les raquettes mais uniquement les crampons.

 
Col de la Serre du Cot

Col de la Serre du Cot

Pic de la Tèse

Pic de la Tèse depuis le Tuc de Peyre de Mensongère

En effet, ce pic peut se faire à la journée mais comme nous voulons passer un week-end, on va choisir de partir bas et de trouver une cabane. Il est donc intéressant de ne pas avoir à monter les raquettes en plus des crampons qui sont obligatoires pour une montée matinale comme nous souhaitons le faire.

Tout est réuni dans cet objectif. Le GR10 part de Couflens, ce qui nous donne un peu plus de 1000 mètres pour le premier jour, et il y a deux cabanes ouvertes : la cabane du Tuc en réserve et la cabane d’Ardio notre camp de base.

Samedi

Comme nous souhaitons profiter de la journée qui est annoncée comme étant bonne avec quelques nuages en fin de journée, on va donc partir pas trop tard depuis Couflens. La météo annonce du beau temps le matin mais nous sommes accueillis par une légère bruine pas très agréable. On ne va pas renoncer bien évidemment, mais on aurait préféré du soleil.

En partant depuis Couflens, nous avons la surprise de voir que le GR10 passe par le jardin d’une maison mais comme les pancartes indicatrices sont un peu mal en point, on va hésiter à passer. Au retour on verra le couple charmant qui habite là et avec qui nous discuterons quelques minutes.

Le GR10 monte au travers d’enclos et passe à côté de granges et habitations avec notamment le gîte de Labouche à Rouzé. En chemin, nous rencontrons des ânes à un endroit très resserré et le mâle va nous faire savoir que nous sommes indésirables en venant violemment taper les sabots à quelques centimètres ; heureusement que j’avais attaché ma chienne et que je la protégeais, sinon …

Avant d’arriver au gîte, le chemin n’est pas très agréable avec le temps humide des jours précédents et avec les ânes qui l’ont transformé en boue sur une vingtaine de minutes.

La montée continue à se faire dans l’humidité et les nuages bas voire très bas. Aux alentours de 1300 mètres une source alimente un tonneau nous permettant de faire le plein attendu et nous continuons en direction du col en commençant à apercevoir la fin des nuages. Nous allons passer au dessus et pouvoir admirer le paysage avec notamment le seigneur des lieux, le Mont Valier.

Finalement, nous avons trouvé le beau temps à plus de 1500 mètres d’altitude, la vallée restant dans le temps couvert.

Mont Valier

Depuis le col, vue sur la mer de nuages

Arrivés au col, nous avons deux possibilités qui s’offrent à nous pour rejoindre la cabane d’Ardio. Soit de prendre par les crêtes mais en ne sachant pas où nous pourrions redescendre, soit en suivant le chemin balisé jaune qui rejoint la cabane. Nous décidons de suivre le chemin balisé en espérant ne pas rencontrer trop de neige. La suite nous dira qu’il aurait mieux valu prendre en crête mais sans aucune conséquence. En effet, on va passer sans difficultés mais il aura fallu faire attention car on va prendre en forêt quelques dévers dans la neige accumulée. En faisant attention et en ne passant chacun à son tour, on retrouvera le chemin pour arriver à la cabane.

Cabane d'Ardio

Cabane d’Ardio (photo prise le matin)

A la cabane, nous constatons qu’elle est en bon état mais pas vraiment accueillante. Elle est équipée d’un bas-flanc avec deux vieux matelas que nous allons enlever, d’une cheminée mais pas de place pour mettre une table et des chaises. Peu importe, nous mangerons dehors devant le très beau spectacle de cette coume.

Après avoir mangé, nous allons faire une sieste ; c’est agréable et nous avons tout notre temps.

L’après-midi sera consacré à ravitailler en eau mais pas en bois ; les températures sont annoncées suffisantes pour s’en passer. Une fois la réserve refaite à 200 mètres de la cabane, nous partons faire de la reconnaissance des crêtes en choisissant celle qui monte vers le pic depuis le col.

Nous pouvons constater que l’accès au pied du pic de la Tèse se fait sans équipement et que seule la montée finale nécessitera les crampons.

Après être retournés à la cabane et avoir mangé, nous nous couchons tôt pour profiter de la nuit et se lever suffisamment tôt pour profiter de la neige non transformée.

Nous monterons au col des Portes que l’on voit sur la deuxième photo en évitant le névé et en passant droit dans la pente pour rejoindre le col en passant sous les barres rocheuses.

 
Cabane d'Ardio

Crête menant au pic

Col des Portes

Col des Portes

Dimanche

Il est 7h15 et nous partons, légers car nous reviendrons à la cabane récupérer nos affaires.

Tout se fait sans problème jusqu’au col avant la dernière montée pour le pic.

Nous mettons les crampons car la neige est bien dure et ne transformera que durant notre descente ; la température est déjà élevée dès que l’on passe au soleil et je monte en t-shirt léger. La montée ne présente aucune difficulté, seuls les derniers mètres à plus de trente degrés nécessite un peu d’attention, surtout à la descente.

Le point de vue en haut est juste superbe.

Pic de la Tèse

Pic de la Tèse

Mont Valier

Le seigneur des lieux, le mont Valier depuis le sommet

Une crête

Crête partant du sommet

De retour à la cabane, nous rangeons nos affaires et la nettoyons. Le retour se fera par la crête afin de rejoindre le col et le GR10 sans passer par la neige. Et voilà notre week-end terminé.

Informations pratiques


Le départ et l’arrivée du circuit se font depuis le parking de l’église de Couflens, en suivant le GR10 pour rejoindre le col du Clot de la Serre puis en suivant la crête ou le chemin balisé jaune.

Tracé - pic de la Tèse

La carte IGN TOP25 est la 2048 OT, Aspet, pic de Maubermé. Le lien vers la trace gpx se trouve ici.

Google Earth - pic de la Tèse

Google Earth – pic de la Tèse

Ce circuit fait 21 kilomètres pour près de 1800 mètres de dénivelée et ne présente pas de difficultés particulière sauf en fonction des conditions de neige au niveau du sommet.

Profil - pic de la Tèse

Profil – pic de la Tèse

L’album de mes photos préférées se trouve sur mon blog, sur Flickrou sur Facebook. Le diaporama en vidéo est visible sur mon blog, sur Youtubeou sur Facebook.

Commenter avec votre comptre

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer