L’éclipse du siècle

L'éclipse de la Lune depuis la cabane du Clot du Lac, pourquoi ?

Pour le point de vue et le point d'arrivée de la Lune, la cabane du Clot du Lac présente le grand avantage d'être au pied du Tuc du Coucou. Depuis son sommet, la Lune apparaîtra juste à côté du seigneur du Couserans, le Mont Valier, sans aucun obstacle pour gêner. Le spectacle sera grandiose. De plus le tuc n'est qu'à un peu plus de 50 mètres de dénivelée au-dessus de la cabane ce qui permet, si nécessaire, de ne pas rester quatre heures à côté du matériel de prise de vue.

Comme l'éclipse a lieu le vendredi soir, nous allons profiter de la crête qui passe par la cabane et le tuc du Pourtillou pour rejoindre la crête frontalière et monter au pic de Cornave voire au Tuc du Mil plus connu sous le nom de pic de Barlonguère. Puis dimanche, nous rentrerons directement au parking de la Pucelle en faisant un léger détour par le sentier de découverte.

Le programme est alléchant mais nécessite de prévoir l'eau nécessaire ; en effet, il n'y a pas de source en haut. La logistique est prévue en fonction de cette contrainte.

La logistique de la prise de vue

Je compte ramener des photos et des vidéos de ce long week-end.

Je monte donc avec mon réflex avec son 15-30, son trépied solide (pour le poids de l'ensemble), son déclencheur à distance pour les poses longues, ma mini-caméra, sa tête pivotante pour les time lapses en mouvement circulaire, son trépied solide (4 heures sans bouger sont prévues) ainsi que divers éléments comme les batteries, le matériel de nettoyage, les piles, les cartes, la batterie externe pour recharger, ... J'avoisine les cinq kilos de matériel mais c'est pour la bonne cause.

Vendredi

Nous nous garons au parking de la Pucelle vers huit heures du matin. Le temps est couvert comme annoncé par la météo et la température n'est pas encore trop chaude. Les sacs sont chargés et sont un peu lourds ; mais comme nous devons nous arrêter à la cabane, nous préférons un peu de confort vu que l'effort est relativement court pour faire un peu moins de mille mètres de dénivelée.

Cabane du Clot du Lac - 27 et 28 juillet 2018

Cabane du Clot du Lac - 27 et 28 juillet 2018

Le chemin commence par le GR transfrontalier puis croise le GR10 qu'il faut suivre jusqu'à la cabane. Tout se fait simplement sur un sentier très bien balisé et marqué, bien roulant tout le long.

A la cabane du Besset, un peu moins de trois cent mètres sous notre destination, la dernière source du versant en cette période coule encore correctement.

Nous en profitons pour bien nous hydrater car la chaleur est arrivée et la transpiration est intense.

Nous chargeons notre eau pour la fin de la journée à partir de midi, le lendemain et le dimanche matin : onze litres que nous nous répartissons, deux pour Joulua, deux et demi pour Nathalie et six et demi pour moi.

Chevaux dans les estives

Le sac devient subitement plus lourd et les trois cents derniers mètres se feront plus calmement, toujours sous la chaleur qui augmente mais heureusement tempérée par moment par une bise bienvenue.

A l'arrivée à la cabane au niveau du col, neuf chevaux sont présents et ne nous quitterons pas ; ils s'égayent à proximité de la cabane, très calmement, sans aucune agressivité.

Ils restent toujours groupés, très proches ne s'éloignant que rarement de quelques mètres.

Chevaux dans les estives

Chevaux dans les estives

L'installation dans la cabane inoccupée est rapide et après le repas, comme d'habitude, nous faisons une sieste qui permettra de mieux tenir pour la soirée, longue, qui nous attend. Nous aurons le plaisir toute la journée de voir des GRdistes avec qui nous discuterons quelques instants pour partager des informations mais surtout de bons moments passés le long de ce sentier mythique pour ne pas dire mystique.

Après la sieste, je vais réaliser le premier time lapse du mont Valier sous les nuages qui augurent d'une soirée comme je l'attends : des éclaircies et des nuages qui vont agrémenter les photos et les vidéos que je prévois, se teintant des couleurs changeantes de la Lune. Quelques uns des GRdistes sont sur cette vidéo accélérée ; saurez-vous les voir ?

Mont Valier dans les nuages

Chevaux dans les estives

La fin de l'après-midi se passe au gré des rencontres et ce qui était à craindre dans mon pire scénario arrive : le temps change et le plafond des nuages tombe, tombe, tombe puis envahit tout ...

Le col et les crêtes environnantes passent dans les nuages et la visibilité se réduit à peau de chagrin. Il faut rester optimiste car cela peut encore changer.

Les couleurs du soir sont superbes et les éclaircies semblent encore se frayer un chemin dans la purée de pois.

Coucher de soleil sur la cabane du Clot du Lac

Coucher de soleil sur la cabane du Clot du Lac

Purée de pois

Les éclaircies ne vont hélas pas gagner et après une dernière vers vingt-deux heures quinze où j'aurai vu une lueur au niveau des Estagnous, la visibilité sera réduite à quelques mètres.

L'éclipse du siècle aura été éclipsée par des nuages et le spectacle n'aura pas lieu pour nous.

Il ne reste plus qu'à aller se coucher pour passer une bonne nuit en prévision de notre belle journée de demain pour rejoindre la crête frontalière.

Samedi

Purée de pois

Comme nous dormons la nuit prochaine dans la cabane, il n'est pas besoin de se lever tôt.

Vers sept heures, j'ouvre la porte de la cabane et là, quelle surprise, le brouillard est encore présent, dense, humide. On ne voit même pas à dix mètres. Même Joulua n'est pas motivée.

Comme nous ne sommes pas pressés, nous restons tranquillement à l'intérieur et nous allons croiser une GRdiste qui part rejoindre Eylie. Un brin de causette et elle repart se perdre dans la brume.

Le mauvais temps semble bien accroché et il commence même à pleuvioter. Ce n'est pas aujourd'hui que nous allons rejoindre la frontière par les crêtes. A neuf heures trente, la décision est prise : nous rentrons et la suite va nous donner raison avec de la pluie continue vers onze heures trente juste avant d'arriver au parking. La visibilité n'excède pas cinquante mètres lors des meilleurs moments. Le tuc du Pourtillou est derrière la cabane sur la photo ; magnifique, non ?

Cabane du Clot du Lac

Les deux jours, même s'ils ne resteront pas gravés dans nos mémoires ont été des moments de repos et de rencontres et c'est bien là l'essentiel. La montée en crête se fera une prochaine fois dans de meilleures conditions. Quant à l'éclipse, tant pis, nous admirerons les photos des plus chanceux que nous.

Traces GPX
Cartes IGN
Télécharger

Album Flickr

 

Signature Stéphan Peccini

 

 N’hésitez pas à commenter en bas de page ou partager avec les boutons des réseaux sociaux si vous avez aimé !  

 

Commenter avec votre comptre

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer