Avant le pic ...

Avant de parler du pic des Trois Seigneurs dans le Couserans, il faut se rappeler qu'il y a plusieurs mois que nous ne sommes pas allés en haute montagne. Le dernier récit remonte en effet à février de cette année. C'était la cabane de Bretounels.

 

Cascade de la Piche
Cascade de la Piche

Il y a eu ensuite le confinement avec toutes ses contraintes et surtout une grande décision nous concernant. L'envie de changement était trop grande et nous aimons tant l'Ariège que nous avons décidé d'y emménager. C'est un projet qui prend du temps même si nous l'avions en tête depuis longtemps.

Il a fallu combiner plusieurs éléments (je travaille toujours sur Toulouse) et notre choix s'est porté sur une belle maison dans le petit village de Prayols.

Nous sommes aux portes des sentiers de randonnées qui parcourent la forêt avant d'arriver au Prat d'Albis et nous avons un très beau terrain de jeu avec par exemple la boucle des Trois Cascades de la Piche.

Chez nous
Chez nous ; nous sommes bien en Ariège car il s'agit de l'entrée du deuxième étage.

Le temps de déménager et s'installer et nous voilà prêts à retrouver la haute montagne, doucement. Même si nous profitons du secteur pour sortir tous les jours, ce n'est pas le même terrain que celui que nous avons l'habitude de pratiquer.

Le pic des Trois Seigneurs

L'intérêt de ce pic est que l'on peut faire une belle boucle en crête d'une part et en vallon minéral de l'autre. Nous décidons de partir du port de Lers par la crête pour deux raisons.

La première est que nous semblons être en forme mais nous ne sommes pas sûrs de l'être dans ces conditions ; si nécessaire nous pourrons revenir par le même chemin.

La deuxième est qu'en partant tôt, avantage d'être Ariégeois, nous montons à la fraîche et la descente se fera par l'étang ensoleillé. Il va s'avérer que c'était qu'une demi bonne idée mais au moins elle aura eu le mérite de tester l'écoute de Joulua et sa compréhension de ce qu'il faut faire. Vous voulez savoir de quoi je parle ? Il ne vous reste plus qu'à lire le récit.

C'est parti.

Première étape, montée au Pic

Nous nous garons au port de Lers, déjà bien occupé ; une belle journée nous attend et beaucoup de monde a décidé d'en profiter. Mais personne en vue dans la montée en dehors des vaches qui paissent tranquillement. Nous allons profiter du chemin.

Joulua s'écarte des vaches dont elle a peur depuis son plus jeune âge. Ces dernières sont bien derrière la clôture mais elles sont trop proches au goût de notre chienne qui en a un très mauvais souvenir.

D'emblée, le sentier monte bien mais il est très roulant. Un peu plus d'un kilomètre et 40 minutes plus tard nous avons déjà pris 400 mètres d'altitude. Mais le terrain va bientôt changer.

En attendant la vue est superbe avec le massif de Bassiès et plus loin les 3000 Ariégeois.

Montée depuis le port de Lers
Montée depuis le port de Lers

Un peu plus loin à droite, l'étang de Lers et la zone de décollage des parapentes que l'on verra plus tard dans la journée.

Montée depuis le port de Lers
Montée depuis le port de Lers

Le sentier se poursuit en crête avec un peu de montagnes russes en passant les pics de Fontanette puis de Barrès avant d'arriver au pic des Trois Seigneurs.

Pic de Barrès
Pic de Barrès

Les tonalités des cloches ont changé ; c'est maintenant le pays des brebis. Joulua est beaucoup plus intéressée mais je lui fais vite comprendre qu'elle n'a pas à les déranger. Elle est excitée, les écoute et les cherche mais reste à proximité. Une première étape de franchie car elle n'avait pas vue de brebis depuis l'an dernier.

Le sentier change au fur et à mesure et devient beaucoup plus minéral. Il faut se réhabituer mais qu'est-ce que c'est bon de sentir les rochers accrocher fermement sous les semelles. Les pas ne sont plus les mêmes et je retrouve mes sensations ; le plaisir est là.

Nous mettons un petit peu plus de deux heures pour atteindre le pic des Trois Seigneurs couronné des trois croix sommitales à 2199 mètres d'altitude ; une croix par Seigneur sous lesquelles ils débattaient selon la légende.

La crête en direction du pic de Journalade
La crête en direction du pic de Journalade

Le point de vue en haut est splendide et à 360°.

Crête par laquelle nous sommes arrivés avec en fond la Pique Rou
Crête par laquelle nous sommes arrivés avec en fond la Pique Rouge de Bassiès puis plus loin le Montcalm et la Pique d'Estats

Deuxième étape, la descente par l'étang d'Arbu

Après avoir profité du sommet où du monde arrive, nous entamons la descente d'abord par le même chemin puis en bifurquant à gauche avec un balisage bien marqué et très bien indiqué. Nous avons déjà croisé du monde sur la crête et plus nous descendons dans ce secteur minéral, plus nous en rencontrons. Nous avons bien fait de partir tôt. Cela nous aura offert un bon moment de tranquillité.

Plus bas et après quelques discussions, l'étang d'Arbu s'offre à nous ...

L'étang d'Arbu
L'étang d'Arbu

... et scintille sous le soleil généreux de la journée.

L'étang d'Arbu
L'étang d'Arbu

Avant d'arriver à l'étang, un petit ruisseau coule et je retrouve aussi le plaisir de boire l'eau directement, fraîche comme je l'aime.

Le nombre de personnes commencent à augmenter mais nous prenons un moment de calme au bord de l'étang vers 11h30. Un peu de pain et de chocolat pour tenir jusqu'à notre retour à la maison, quelques moments de répit et nous voilà repartis, dans la foule qui monte.

J'ai toujours du mal à comprendre pourquoi les gens partent si tard ; entre l'étang d'Arbu et le parking sous le port de Lers, nous allons rencontrer une cinquantaine de personnes, sous la chaleur ; certaines nous demandent s'ils sont encore loin de l'étang. Et c'est là que j'apprécie la compréhension et l'écoute de Joulua.

Je ne l'attache pas mais dès que l'on va croiser du monde, je lui demande de marcher derrière moi puis je lui indique où se mettre à l'écart du sentier ; elle s'installe alors sans bouger et attend avant de repartir que je le lui dise. C'est un vrai régal d'avoir cette complicité avec elle. Elle a pris du plaisir à retrouver la haute montagne et les rochers mais elle sait que l'on doit faire attention quand il y a du monde.

Arrivés au parking sous le port de Lers, nous remontons par la route jusqu'au col ; je ne décide pas de couper le dernier grand lacet car je ne sais pas si je vais retrouver des vaches. Après un peu plus de 5 heures, nous sommes revenus à la voiture, très contents de cette belle matinée et d'avoir retrouver notre montagne. Bon enfin, pas que la nôtre aujourd'hui. La grande solitude sera pour une prochaine fois.

Album photos, GPX et carte

Album photos

Traces GPX

Trace GPX de la sortie - pic des Trois Seigneurs - 5 septembre 2020
Trace GPX de la sortie – pic des Trois Seigneurs – 5 septembre 2020

 





 

 

Signature Stéphan Peccini

 

 N’hésitez pas à partager sur vos réseaux sociaux si vous avez aimé !  

Si vous souhaitez me supporter parce que vous aimez ce que je fais, vous pouvez me

.

 

2 réflexions au sujet de “”

Laisser un commentaire

This site is protected by reCAPTCHA and the Google Privacy Policy and Terms of Service apply.