Jour 15

Repos bien mérité

Entre repos et pic du Crabère, notre cœur balance

Hier nous avons atteint notre but : traverser l'Ariège par le GR10. Grand plaisir et grande émotion à retrouver dans le récit suivant :

Ouvrir pour découvrir l'extrait de l'article

Retrouver tous les récits de la traversée

Lever de soleil depuis la cabane de l'étang d'Araing
Lever de soleil depuis la cabane de l'étang d'Araing

Cette nuit le vent a soufflé et a fait craquer la charpente. Les courants d'air s'en sont donnés à cœur joie. Il fait bon cette nuit d'être dans un abri solide.

Au réveil après une grasse matinée jusqu'à 7h30, le temps est mitigé et comme je n'ai pas les prévisions météo, la question se pose de faire une journée complète de repos.

Mais aujourd'hui pourrait être la seule journée de nos vacances où nous pourrions marcher sans quasiment aucun poids. Alors Crabère ou pas Crabère ?

Le suspens étant insoutenable, me voilà parti après le petit déjeuner pour le refuge à la recherche d'informations sur le temps de la journée. Bonne nouvelle, le temps ne devrait éventuellement se dégrader que dans l'après-midi. De retour en courant à la cabane, je retrouve Nathalie qui avait anticipé et s'était préparé.

Nous chargeons dans le sac quelques affaires pour se couvrir au cas où et c'est parti, léger, très léger (Nathalie et Joulua ne portent rien et moi quasiment rien).

La montée vers le pic de Crabère depuis le col d'Auéran
La montée vers le pic de Crabère depuis le col d'Auéran

Deux jeunes allemandes sont partis devant nous du refuge et nous les apercevons au loin. Nous passons devant le refuge pour nous diriger vers le col d'Auéran. La montée au sommet ne pose aucune difficulté et elle est très agréable. Le temps peut se dégrader, pluie ou brouillard, il n'y a aucun risque sur ce sentier.

Le sommet est atteint en 1h30 depuis le refuge pour environ 800 mètres de D+. Sans les sacs, c'est plus rapide et on se sent bien. Le vent glacial et cinglant nous accueille au sommet qui offre un 360° magnifique.

Nathalie se réfugie dans le maigre abri pour bivouaquer et je me couvre bien pour résister au grand froid.

Depuis le pic du Crabère, la crête Est avec l'Espagne à droite
Depuis le pic du Crabère, la crête Est avec l'Espagne à droite

Les deux jeunes sont arrivées en même temps que nous et me demandent de les prendre en photo avec un vieil appareil argentique. Si, si, ça existe encore.

Je continue à arpenter le sommet vers la crête Ouest ...

Frontière avec l'Espagne depuis le pic du Crabère
Frontière avec l'Espagne depuis le pic du Crabère

... puis à nouveau vers la crête Est, très découpée ...

Crête Est depuis le pic du Crabère
Crête Est depuis le pic du Crabère

... puis au-dessus de l'étang d'Araing.

Etang d'Araing depuis le pic du Crabère
Etang d'Araing depuis le pic du Crabère

Le froid est mordant et nous n'allons pas nous éterniser sur le sommet même si la vue est splendide. Dès que nous avons descendu quelques mètres, le vent est coupé par la crête et la température revient à un niveau suffisant pour que je tombe toutes les couches, enfin toutes celles qui ne mettent pas à mal la décence à conserver dans un lieu peu fréquenté mais public.

De retour au refuge, nous prenons le temps d'un apéritif (bière, coca, charcuterie locale et cacahuètes d'ailleurs) avant de retourner manger à la cabane (taboulé, fromage, gâteau, chocolat). Pendant que nous mangeons un groupe de 6 arrive en ordre un peu dispersé.

Ils sont étonnés de nous voir et nous demandent si nous allons rester ou pas. Comme il y a de la place, on pourra tous tenir, ce n'est pas un problème. Ils sont venus avec la saucisse, les flageolets, la bière, le vin, ... Cela promet une bonne ambiance ce soir.

Après le repas de midi, ils décident d'aller aussi au pic du Crabère, le temps se maintenant très bien. Nous en profitons pour faire la sieste et nous reposer.

Le soir se passe dans une excellente ambiance et nous sommes invités à manger de la saucisse grillée ; un vrai régal. 22h00, il est temps d'aller se coucher, plus tard que d'habitude, mais sans aucun regret après cette soirée très sympathique.

Le vent souffle, moins fort que la nuit précédente, et nous allons bien dormir. Demain direction le ravitaillement !

Jour 16

Ravitailler pour continuer

Retour au gîte d'Eylie d'en Haut par le GR10

Au réveil, après une deuxième grasse matinée, nous profitons du lever de soleil encore et toujours magnifique.

Lever de soleil depuis la cabane de l'étang d'Araing sur le GR10
Lever de soleil depuis la cabane de l'étang d'Araing sur le GR10

 

Lever de soleil depuis la cabane de l'étang d'Araing sur le GR10
Lever de soleil depuis la cabane de l'étang d'Araing sur le GR10

Nous profitons aussi du groupe pour discuter avant de repartir au gîte par le GR10. Le temps est gris mais doit tenir toute la journée.

Le soleil joue avec les nuages.

Percée du soleil sur le village des mines de Bentaillou
Percée du soleil sur le village des mines de Bentaillou

Le troupeau a quitté les lieux pour descendre d'un étage et le village est silencieux.

Village des mines de Bentaillou sur le GR10
Village des mines de Bentaillou sur le GR10

Plus bas, avec le temps sec des derniers jours, le sentier n'est presque plus boueux, ce qui facilite la descente.

Nous voilà arrivés au gîte où nous profitons pour discuter avec Nelly et Claude avant de nous installer dans le dortoir. Nous le partageons avec deux anglais fort sympathiques et fort sportifs aussi (elle a fait l'Everest et lui s'est arrêté à 300 mètres). Nous allons laver et préparer les affaires puis récupérer le bidon de nourriture pour refaire le plein pour 5 jours. Les sacs sont prêts pour demain et font à nouveau leur poids maximum. Une bonne sieste sur un couchage de qualité et nous voilà prêts à finaliser le tracé de nos 5 derniers jours.

Après avoir revu les cartes et essayé de faire des journées pas trop importantes, la fin des vacances se dessine. Ce sera très minier, tout en cabane. Mais ça, c'est un autre récit.

Le soir nous avons la chance de dîner avec Nelly et Claude ainsi que le couple d'habitués anglais. Au menu, côtelettes d'agneau délicieuses, pommes de terre, courgettes jaunes et oignons cuits au four et tarte au pêche en dessert. Nous en profitons bien car nous sommes repartis pendant 5 jours à manger des pâtes, du couscous, de la purée, ... et un petit supplément que vous découvrirez plus tard.

Il ne reste plus qu'à aller se coucher avant de se lancer dans la dernière ligne droite ... enfin la dernière boucle de nos vacances.

Cliquer pour télécharger le fichier GPX

 

 

Signature Stéphan Peccini

 

 N’hésitez pas à partager sur vos réseaux sociaux si vous avez aimé !  

Si vous souhaitez me supporter parce que vous aimez ce que je fais, vous pouvez me

.